5- LA MULTIPLICATION.







Dionée

22/08/05




La Dionée peut être reproduite de plusieurs manières, par le mode sexué (semis de graines) et par les modes asexués ou végétatifs (bouture, touffes, apomixie, culture tissulaire "in vitro").

Le semis permet de multiplier une plante à partir de ses graines. Il s'agit d'une reproduction sexuée avec un brassage de gènes. Ainsi les descendants ne ressembleront pas aux parents, la génétique veut qu'il prennent la moitié du patrimoine de chaque parent. En pratique, croiser une Dionée forme rouge avec une Dionée forme "dent de scie" ne donnera pas une Dionée "rouge en dent de scie". Les plantes ainsi obtenue mettent 4 à 5 ans pour devenir adulte et être capable de fleurir.

La reproduction végétative est variée : par bouture de feuilles ou d'écailles, par division de touffes, plus rarement décrit par apomixie (terme impropre, voir le chapitre 4) et par culture de tissus "in vitro".
Il n'y a pas de brassage de gène comme dans une reproduction sexuée. La plantule obtenue est une copie conforme de la plante-mère, un clone. Cette méthode est utile quand nous voulons conserver tous les caractères de la plante-mère dans sa descendance (couleur verte, dents de scie...). Les plantes ainsi obtenues sont adultes et capables de fleurir en 2 ans.



Semis / Division / Bouture / Apomixie / Culture tissulaire "in vitro"





1- Le semis. -> semis de Dionée

Après la pollinisation des fleurs, les graines mettent 4 à 6 semaines pour mûrir. La pollinisation se fait naturellement par les insectes butineurs mais elle peut être soutenue par le passage d'un pinceau de fleur en fleur. Le production de graine est encore améliorée quand nous disposons de plusieurs pieds de Dionée, la nature favorise les croisements entre Dionées que plutôt entre fleur d'une même Dionée.
Les graine sont contenues dans une capsule (l'ovaire) qui en dénombre en moyenne entre 10 et 20. Une fois mûres, la capsule s'ouvre et elles se répandent autour de la plante. Vers Juillet-Août, nous pouvons laisser les graines se semer sur place. Il est aussi possible de les récolter et de les stocker dans un endroit frais à l’abris de la lumière (bac à légume du réfrigérateur). Certains affirment avoir obtenu une germination après une conservation de 5 ans au frigidaire. Au chaud, le taux de germination est plus faible.

Le semis doit être réaliser en Février-Mars. Il faut poser les graines délicatement sur la surface d'une tourbe bien humidifiée et bien tassée. Evitons de les toucher avec les doigts qui peuvent véhiculer d'éventuels contaminants. La tourbe dispose de vertues naturelles antifongiques et antibactériennes, l'utilisation de produits "anti-maladie" n'est pas indispensables sauf si alerte bien diagnostiquée. Ceux sont des polluants pour vous et pour tout votre environnement, ne traitons pas à la légère, il est nécessaire de cultiver en préventif et se placer toujours dans les bonne conditions de cutlure requises.
Garder le milieu clos (recouvrir d'une plaque de verre, sac plastique, emballage plastique transparent en forme de boite, mini-serre, etc...) afin de garder une forte humidité, maintenir une température entre 10 et 20°C (je préfère les températures de mon terrarium tropical qui ne descendent pas au dessous de 20°C) et une bonne luminosité sans soleil direct. La luminosité n'est pas à néglider!
Si nous nous préocupons de rien, les semis se font naturellement autour de la plante.

Semer en hiver est possible mais au chaud et sous éclairage artificielle ce que je pratique parfois. Je sème en Janvier dans mon terrarium tropical et je sors les plantes en extérieur en Juin. Je gagne un peu de temps sur son cycle végétatif mais cela peut être compromis par la difficulté passagère de croissance lors de l'acclimatation tropical vers l'extérieur (très stressant).

La pousse est assez lente. Les jeunes plantes doivent être habituées progressivement à l'air libre en soulevant peu à peu le couvercle. Quand elles seront suffisamment robustes pour être manipulées, plus la plante est petite plus c'est risqué, mais en étant méticuleux et en prenant la motte de substrat sans blesser les racines c'est possible, plantons les dans leur pot définitif.
Retenir qu'une plante se "porte mieux" quand on y touche pas.

Il faut attendre 4 à 5 ans pour que les plantes issues de semis deviennent adultes et fleurissent.






Graines de Dionée, noires et brillantes, en forme de pépins de raisin et de 1mm dans le plus grand axe.



Jeune Dionée (semis de 9 semaines).
haut

2- La division de touffes ou d'écailles.

Des petites plantes, des rejets ou des touffes, apparaissent spontanément autour du pied mère. Quand elles sont de "bonne" taille et lors du rempotage de printemps, séparons les et plantons les dans du substrat neuf (attendre 1 à 2 ans et ne pas être pressé de les séparer). Attention, une plante fluette ou trop jeune peut avoir une reprise lente et difficile, préférons les dodues. Après le rempotage, il faut éviter de les brutaliser de nouveau en changeant trop de paramètres des conditions de culture initiaux du pied mère (lumière, température, humidité, vends, exposition, etc...). Pour cela, mettons les pots obtenus a coté de celui qui a fourni le pied mère. Pour favoriser la repousse, il est possible d'augmenter la température (20 à 25°C par exemple) et l'humidité en faisant attention à l'apparition de pourriture.

Les écailles sont responsables de la formation des touffes qui apparaissent à coté du pied mère. Elles sont les bases souterraines des pétioles des feuilles sèches, disparues ou cassées lors des manipulations. Les écailles des feuilles de l'année précédente se tiennent à la "queue leu leu". Elles se détachent d'un seul bloc, avec les doigts, lors d'un rempotage printanier. Il est possible de les replanter dans un substrat neuf mais il est nécessaire de les choyer (davantage que les touffes) pour assurer une bonne reprise. Le même triptyque magique, luminosité/humidité/chaleur (sans forcer) et en surveillant l'éventuelle apparition de pourriture.







Un gros pied de Dioné qui a été séparé en 5 touffes. Les 2 touffes en bas à gauche sont maigrichones, pas idéales.


Ecailles de Dionée, extrémité blanchâtre souterraine de la feuille "collée" au rhizome ayant perdu les partie aériennes.


haut

3- La bouture de feuilles ou d'écailles. ->Bouture de Dionée

La feuille de la Dionée est constituée d'un piège attaché à une partie "feuillue" plate pourvue d'une épaisse nervure centrale se terminant par une partie souterraine blanchâtre. Pour la bouture, il faut prélever toute la feuille et en faisant attention à prendre aussi la partie blanchâtre souterraine collée au rhizome. Cette pratique permet de réussir les boutures mais oblige à déplanter délicatement et momentanément la plante. Pour palier à cette inconvénient, je la pratique lors du rempotage du printemps, juste avant la reprise de la croissance. Ensuite avec un peu d'adresse et de compréhension de la structure du rhizome, il est facile de prélever une feuille sans déranger la plante en terre. Sélectionnons les feuilles vigoureuses pour les replanter dans un substrat neuf, bien humide en maintenant la feuille plaquée au sol (soustraire le piège nullement nécessaire pour l'opération). De nouvelles pousses se forment en 4 à 8 semaines. Au moins 2 ans sont nécessaires pour que la plante ainsi obtenue devienne adulte (capable de fleurir).

Certaines gravures anciennes montrent une reprise sur le long du pétiole (partie verte) ou du piège, je ne l'ai jamais constatée (probablement une erreur). Contrairement, la reprise en culture in vitro se fait sur toutes les parties vivantes donc sur tous les mordeaux de feuilles.

La tige/hampe florale
est aussi un support de bouturage, plus difficile.



Bouture feuille.

Bouture tige.

haut

4- Apomixie. ->je recherche des informations et des photographies. Merci.

Pour la Dionée, le terme "apomixie" est impropre car il désigne la formation d'une graine sans pollinisation.
Il est préférable d'employer "prolifération" ou "pseudo-viviparité" désignant le remplacement de la fleur par une plante entière.

La formation de rejets sur les anciennes écailles du rhizome de la Dionée est couramment observée, il est beaucoup plus rare de voir de jeunes plantes se développer au niveau de la hampe florale, anomalie cependant intéressante. Ce type de propagation végétative porte le nom, à tord, de multiplication par apomixie.
D’un point de vue botanique, les parties qui constituent les fleurs (sépales, pétales, étamines et carpelle) seraient des feuilles modifiées (D. E. Schnell, les plantes carnivores des États Unis et du Canada).

Un stimulus inconnu induit de ces parties un retour à un état végétatif, lorsque les fleurs se développent, et une production de plantules. Ce phénomène est intermittent et par conséquent il n’est probablement pas contrôlée génétiquement. Il surviendrait sur des plantes stressées, en début de floraison, par une alternance de nuits froides et de journées chaudes (Schnell 1976).

Quand les plantules ont développé des racines (? je ne sais d'où j'ai tiré cette information) il serait possible de les transplanter "classiquement". J'ai rempoté des rhizomes sans racine issus de plante en terre sans problème de reprise mais elle reste plus lente. J'imagine que la plantule "pseudo-vivipare" devrait se comporter de la même façon, je ne sais que penser de l'attente des racines sans expérience personnelle. Les soins sont probablement identiques à ceux d'une jeune plante fragile issue de bouture (humidité, chaleur, lumière).



Apparition d'une jeune plante sur la hampe florale (Photo de César).
haut
5- La culture tissulaire (in vitro). Prochainement. Un jour.


 
haut