UNE VIE DE FLEUR DE DIONEE


Dionée

16/11/05









Floraison / Anatomie de la fleur / Vie d'une fleur / Graines / Remarques / Curiosités




1- Floraison :

Au début du printemps (mars-avril), la tige florale ou pédoncule, ronde, d'un diamètre de 1à 5mm et surmontée d’un bourgeon, apparaît du centre de la rosette de feuilles. Elle s’élève jusqu’à 15 à 25cm de hauteur et chaque plante adulte peut en fournir de 1 à 4. Au moment de la floraison (mai-juin), les fleurs forment une inflorescence, cyme, disposée en ombelle terminale par groupe de 2 à 15. Elles sont peu odorantes et restent épanouies 3 jours (moyenne). Les fleurs fécondées donneront en 4 à 8 semaines des petites graines noires et brillantes de 1 mm en forme de pépins de raisin. Attention, la floraison peut subir des décalages en culture.

ffffff
Bouton et ombelle.
Le bouton pourpre est celui d'une Dionée "akai ryu"
et l'ombelle est de la Dionée forme type

haut

Anatomie d'une fleur de dionée.
->passer votre souris sur l'image

2- Anatomie de la fleur :

Elles sont actinomorphes*, en forme d'étoile et de 2 à 3cm de diamètre et constituées de :

>5 pétales blancs cunéiformes* délicatement veinés de vert dont l'ensemble (des pétales) forme la corolle.

>5 sépales verts ou rougeâtres pour les formes de dionée de couleur pourpre dont l'ensemble (des sépales) forme le calice.

>L'organe mâle est représenté par une quinzaine d'étamines (n. f.)* dont l'extrémité distale est l'anthère (n. f.)* de couleur jaune et renfermant le pollen. Elles mesurent 5mm.

>L'organe femelle est le pistil (n. m.)*. Il est constitué (de haut en bas) du stigmate, du style et de l'ovaire. La partie supérieure de l'ovaire est quasiment sphérique. Le pistil mesure 3mm et s'étoffe légèrement jusqu'à sa maturité, plus turgescent.

*Remarquons que la partie mâle 'étamine' et 'anthère' est un nom féminin et la partie femelle 'pistil' est un nom masculin.

haut
ffffff
01fffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff ff02

3- Vie d'une fleur en 3 jours :

D'un s imple bouton vert, la fleur s'épanouit lentement de son extrémité distale. D'abord l'apparition des pétales qui se déroulant forment, au fur et à mesure, une boule blanche de plus en plus grosse bientôt prête à s'ouvri.r (photo 01)

La corolle s'écarte découvrant les parties sexuelles. Les étamines sont droites érigées "vers le ciel" et regroupées au milieu de la fleur. Les anthères ont un aspect floconneux et ne sont pas encore mures. Le pistil est immature et de petite taille trônant au centre. Le stigmate n'est qu'un discret renflement. (photo 02 et 03)

ffffff
03fffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff ffff04


Les étamines s'écartent d'une façon centrifuge suite à la turgescence de l'ovaire. Devenant de plus en plus sphérique, il repousse par un effet de levier et d'enroulement les étamines vers la périphérie. (photo 04 à 06)

Les anthères mûrissent rapidement, le pollen est libéré. Le pistil est toujours immature, le stigmate s'épaissit. (photo 03 et 04)


Pistil et étamines.
ffffff
05fffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff ffffffffffff06



Les étamines sont maintenant rabattue sur les pétales. Les anthères prennent un aspect lisse et une couleur plus foncée. (photo 06 et 07)

L'organe mâle est sur le déclin tandis que l'organe femelle se réveille. L'ovaire est devenu plus sphérique, le pistil plus grand et le stigmate s'ouvre en formant un parasol plumeux. (photo 06 à 08)

ffffff
07fffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff ffffffffff08



Une fois le plumeau formé, le stigmate est prêt pour accueillir le pollen. La fleur a terminé son rôle, les pétales s'enroulent de la périphérie vers l'intérieur puis fanent et disparaissent. (photo 08)

Plumeau du stigmate.
ffffff
09ffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff ffffffff10




Le calice de la fleur fécondée se referme sur l'ovaire ne laissant dépasser que le stigmate. (photo 09)

Toutes les annexes sèchent, seul l'ovaire forme une capsule sphérique et aplatie aux pôles. Elle se déchire dès que les graines sont mures. (photo 10)

haut

4- Graines:

Les fleurs sont protandres (le pollen est mature avant que le stigmate ne soit réceptif) encourageant la pollinisation croisée entre 2 pieds distincts de Dionée et le brassage génétique. La nature n'aime guère l'autogamie (pollinisation du stigmate par le pollen de la même fleur). Par analogie, la nature n'aime pas la consanguinité. Cependant Schnell (2002) décrit des autopollinisations réussites.

Pour obtenir des graines, il existe "plusieurs" méthodes:
Laisser faire la nature et les insectes pollinisateurs.
Rapprocher 2 fleurs et les frotter l'une contre l'autre.
Promener un pinceau de fleur en fleur.

La méthode du pinceau est la plus efficace si elle est répétée quotidiennement durant la floraison.
Pour obtenir un maximun de variations dans la descendance, balader le pinceau sur diverses formes et cultivars de Dionée. Une remarque par un exemple, croiser une Dionée "akai ryu" avec "dentate traps" ne donne pas le résultat souhaité d'une Dionée "pourpre à dent de scie". La descendance ne ressemble pas aux parents, c'est un loto de gènes qui parfois donne des formes appréciables.
Pour reproduire une plante à l'identique, un clone, il faut la multiplier par bouturage. -> Bouture

Les graines sont mures en 4 à 8 semaines après la fécondation de la fleur. La capsule de graines mesure 5mm de diamètre, est sphérique et aplatie sur les pôles, est de couleur verte puis maron lorsque les graines sont arrivées à maturité. L'enveloppe de la capsule se déchire laissant apparaître les graines. Elles sont de couleur noire brillante en forme de poire ou de pépin de raisin et d'une dimension de 1mm sur l'axe le plus long. Les graines sont logées dans des alvéoles et y adhèrent jusqu'à leur maturité. Elles sont dispersée par différents "traumatismes" (pluie, animaux, vent, etc...). Chaque capsule produit 10 à 20 graines.


ff
Capsules dont l'une mature s'est déchirée
laissant entrevoir les graines



ff

Graines de 1mm.

haut

5- Remarques :

L'enroulement des pétales entraînant les étamines est peut être aussi un moyen supplémentaire mécanique d'échapper à l'autofécondation. Les étamines y échappant se trouvent coincées entre les pétales dans une position perpendiculaire à l'axe bas-haut de l'ovaire donc du stigmate, l'autofécondation est là aussi difficile. Comme rien n'est absolu dans la nature, l'autogamie de la fleur de la Dionée serait possible (Schnell).

Les formes de Dionées, que j'appellerais pourpres ("Royal Red"," "Akai Ryu"...) diffèrent de la forme type par la couleur des feuilles, des pièges et des poils sensibles, de la tige florale, du bouton florale (photographie en haut de page) et même du stigmate qui est aussi pourpre. Les pétales de la fleur restent inexorablement blancs (dommage!).

f

ff
Stigmate pourpre d'une forme "Royal Red".

5- Curiosités :



Curieuse fleur "multiple" de Dionée "akai ryu".
Plante et photo de Kami.
Stigmate rouge.




Enorme et unique bouton floral de Dionée "akai ryu".
Plante et photo de Kami.



haut