2- LA DESCRIPTION.


Dionée

20/04/05


 
haut

1- Habitat.

La Dionée est originaire de la côte Atlantique de l'Amérique du Nord. Elle est principalement répartie sur une zone d’une centaine de kilomètres comprise entre la Caroline du Nord et du Sud, de Greenville jusqu'à Georgetown.

Elle pousse sur des sols pauvres en minéraux et en matières organiques, les plaines peu arbustives humides au sol tourbeux, sablonneux et acide. Elle pousse entourée d’autres végétaux et parfois avec d’autres plantes carnivores (Drosera, Pinguicula, Sarracenia).

La plante connaît un climat subtropical à été chaud et humide et à hiver frais. Les températures extrêmes supportées dans son biotope varient entre -12 et +46°C. Les racines pénètrent à une profondeur de 10 à 15cm et le rhizome bien enfouit permet la survie de la plante après des rudes conditions (gelées, feux de broussailles…).

La pluviométrie annuelle peut atteindre plus de 120cm. Les pluies sont plus abondantes en été qu'en hiver.


L'Amérique du Nord, la Caroline du Nord et du Sud, berceau originel de la Dionée.
haut


Court rhizome blanchâtre, enroulé par les base des pétioles.


Les racines mesurent 10 à 15cm, sont de couleur noire et à l'extrémité blanchâtre


2- Aspect de la forme type d'une plante adulte et naturelle.

La Dionée est une petite plante vivace herbacée produisant une rosette de feuilles de 10 à 15cm de diamètre. Les feuilles sont disposées autour d'un axe central et se dresse sur un court rhizome, blanc et charnu, non ramifié, formé par l'enroulement de la partie souterraine des pétioles. Les racines sont noires, fibreuses, peu nombreuses et peu ramifiées avec les extrémités blanchâtres et peuvent mesurer 15 cm de long.

La feuille mesure jusqu'à 12cm de long. Elle est composée d'un pétiole ("ressemblant à une feuilles") et se se termine en un limbe bilobé réniforme, le piège. Chaque mâchoire est bordée de 15 à 20 dents fines et souples au toucher. Une dent peut mesurer jusqu'à 8mm de longueur et un piège jusqu'à 4cm de longueur. En période de végétation, la Dionée porte, en moyenne, de 5 à 10 feuilles.

Ayant un aspect vertical, le rhizome pousse horizontalement. Cela peut permettre à la plante de se "déplacer" (ce n'est pas un moyen de locomotion) et de franchir une distance relativement considérable au bout de quelques siècles à l'échelle d'un biotope.


Une feuile est composée du pétiole et du limbe (le piège).

Rosette estivale, feuilles érigées, pétioles fins et longs.
La forme des feuilles évolue selon les saisons. Il existe un cycle photopériodique, la surface de photosynthèse augmente alors que la luminosité naturelle diminue et inversement. Les pièges ont toujours la même structure et fonctionnent de manière identique.

En été, elles sont érigées, longues et fines permettant de traverser la couche de mousse et de divers végétaux qui ont poussé durant l’hiver et d’offrir leurs mâchoires aux animaux aériens, principalement des insectes ailés qui abondent dans les zones humides. Les feuilles érigées font un angle de 45 à 60° avec le sol.

En hiver, elles sont plus larges, courtes et prostrées au sol repoussant le substrat et soulevant discrètement la plante du sol. Les pièges guettent les proies rampantes (les pièges sont inactifs durant l'hiver).


Rosette hivernale, feuilles prostrées au sol, pétioles larges et courts.
Naissance d'une tige florale du coeur de la rosette et de la première feuille érigée estivale.

Graines de moins d'1mm.
Au début du printemps, la tige florale apparaît au centre de la rosette. Elle s’élève jusqu’à 15 à 30 cm de hauteur et chaque plante adulte peut en fournir de 1 à 4. ->La fleur de Dionée

Au moment de la floraison, les fleurs sont disposées en ombelle* terminale et leur nombre varie entre 1 et 15. Elles sont régulières, en forme d’étoile d’un diamètre de 1 à 2 cm. Elles sont constituées de 5 sépales verts, de 5 pétales blancs délicatement veinés de vert et d'une quinzaine d’étamines.
Le paradoxe étant d’attirer les insectes pollinisateurs vers les fleurs pour assurer la descendance en évitant de les déguster. Il est alors nécessaire que la Dionée construise une tige florale qui semble démesurée, bien à distance des redoutables pièges.

Une fois la fleur fécondée, les graines murissent en 4 à 8 semaines. Elles sont noires, brillantes, en forme de pépins de raisin et elles mesurent moins de 1mm sur le plus grand axe. ->Le semis de Dionée

La fécondation des fleurs nécessite une pollinisation croisée, c'est à dire un échange de pollen entre 2 plantes. La nature n'aime pas l'autogamie* car elle ne favorise pas les échanges de gènes entre les plantes (comparons l'autogamie à la consanguinité ches l'homme). Cependant Schnell (2002) décrit des autopollinisations réussites.
Ombelle florale de Dionée.


Fleur de Dionée venant de s'épanouir comme en témoigne les étamines encore regroupées et dressées vers le ciel.


Forme verte.


Cultivar américain "akai ryu" avec la tige florale.


Jeune "sawtooth" .

3- Principales formes et cultivars.

Les particularités de cette plante font qu'elle est intensément cultivée entraînant la création de variétés horticoles appelées cultivars. Les formes juvéniles, qui n'ont pas encore fleuri, peuvent être polymorphes.

Toutes les particularités de la plante peuvent être exagérées :

-Couleurs : verte, rouge, jaune, pourpre ou mixte…
-Dents du piège: longues, courtes, nombreuses, à divisions secondaires, comme hachées par des ciseaux, fusionnées, en dent de scie…
-Valves du piège : fusionnées en forme de louche, en pompon...
-Nombre de poils sensitifs : plus de trois par valve. Ce caractère s'observe souvent lorsque le piège a atteint une bonne taille.
-Forme et position du pétiole : prostrée, érigée, large, étroit, long, filiforme…
-Taille : formes naines, géantes.
-Fleur : Il existe quelques différences des fleurs, les pétales peuvent être d'un blanc pur à blanc cassé et plus ou moins divisés. L'ombelle peut être plus ou moins harmonieuse dans la répartition des fleurs. "Dentate Traps" aurait des pétales divisés, phénomène que je n'ai jamais observé dans mes cultures.


Les formes :
Il s'agit des plantes que l'on retrouve à l'état naturelle.

Une remarque importante, la Dionée forme type dispose d'une extraordinaire variation qui est bien souvent négligée au détriment de ses fameux cultivars remarquables.

- Dionæa muscipula forme type:
feuilles érigées en été dont le centre du piège est légèrement rosé. Feuilles prostrées en hiver.
- Dionæa muscipula forme prostrée:
proche de la forme type, diffère par la rosette de feuilles prostrée au sol en été et dont le centre est vivement coloré de rouge. Les feuilles s’imbriquent souvent les unes dans les autres.
- Dionæa muscipula forme filiforme:
proche de la forme type, diffère par des feuilles étroites en forme de lanière.
- Dionæa muscipula forme verte:
proche de la forme type, diffère par la couleur verte du centre des feuilles toute l’année.
- Dionæa muscipula forme rouge:
proche de la forme prostrée, diffère par la teinte rouge grenat du centre des feuilles.

Les cultivars :
Il s'agit des plantes sélectionnées en culture par l'homme, étant incapables de conserver leurs caractéristiques lors de la reproduction séxuée. Pour les conserver il est nécessaire de les reproduire de façon végétative uniquement.
La liste des cultivars de Dionée est longue, discutable et consécutive à une course aux cultivars: La plupart ne sont pas enregistrés (ICPS), certains ne sont pas stables dans le temps, d'autres sont redondants, etc, mais Ils sont parfois remarquables ("pom pom", "albinos", ...)

Dentate Traps Group:
- Dionæa muscipula "dentate traps": ("dente" ou "dentate" par P.d'Amato, 1998)
Enregistrée en 2000. B.Meyer-Rice, Davis. Dentate Traps Group.
L'aspect est proche de la forme type mais diffère par des dents tronquées, courtes et triangulaires (comme une scie égoïne) suite à une mutation en laboratoire. Cette caractéristique n'est pas toujours présente sur les pèges lors de la reprise végétative au printemps.
- Dionæa muscipula "sawtooth":
Enregistrée en 2000. P.d'Amato/B.Meyer-Rice, Davis
(USA). Dentate Traps Group.
proche de la forme type, diffère par des dents "comme hachées au ciseaux" et des pièges colorés de rouge.
- Dionæa muscipula "jaws":
Enregistrée en 2001. L.Song (USA). Dentate Traps Group.
- Dionæa muscipula "red piranha":
Enregistrée en 1999. E.Read (USA). Dentate Traps Group.

Issue d'un croisement d'une Dionée "dentate traps" et d'une Dionée "akai ryu".

- Dionæa muscipula "akai ryu": ("red dragon" par japonais)
Enregistrée en 1998. R.Gagliardo (Atlanta Botanic's Gardens).
L'aspect est proche de la forme type mais diffère par la coloration marron-noire à bourgogne (pourpre) de toute la feuille (pétiole et piège). Une coloration verte peut être présente au coeur de la rosette durant l'hiver et au moment de la reprise printanière. Cultivar d'obtention américaine.

- Dionæa muscipula "royal red":
Proche de la forme type, diffère par la coloration rouge grenat de toutes les parties aériennes. Cultivar d'obtention australienne.
Il semble que "royal red" diffère de "akai ryu" par des marges de couleur verte en bord des pièges pourpres. Je ne remarque pas de différence frappante entre ces 2 cultivars. Ils peuvent être très facilement confondu et nécessite une observation sur du long terme avant de pouvoir les séparer.

- Dionæa muscipula "big mouth":
- Dionæa muscipula "fused tooth":

"Dentate Traps", une scie égoïne.


Piège en forme de louche.


Forme type aux longues dents fines.

Cultivar australien "royal red", du pourpre sertit de vert.

haut