LA BOUTURE DE DIONEE



Dionée

14/06/05



Je vous décris une méthode simple fonctionnant bien. Je l'ai testée. Cependant d'autres cultivateurs peuvent la pratiquer différemment mais le principe est le même. A chacun ses expériences et ses convictions.

Pour une clarté des images, j'utilise une petite pince. Il est préférable de le faire avec les doigts ou avec un instrument plus souple et moins blessant.


Je vous invite à visiter ma page sur la Dionée




Comprendre / Bouture de feuille / Bouture d'écaille / Bouture de tige florale? / Sevrage / Remarques




Joli pied de dionée constitué de plusieurs touffes. Idéal pour une intense division.



1- Comprendre.

Bouture : n. f. Fragment d'un végétal, détaché artificiellement ou naturellement, susceptible de s'enraciner et de reproduire une plante entière.


Le bouturage permet de multiplier une plante en utilisant un fragment de cette plante (la bouture) susceptible de régénérer une plante entière par reconstitution des organes manquants. Cette technique peut être applicable à un grand nombre de végétaux et notamment à la Dionée afin d'obtenir en 4 à 6 semaines des petites rosettes de 5mm déjà carnivores. Le bouturage est une reproduction végétative, il n'y a pas de brassage de gène comme dans une reproduction sexuée. La plantule ainsi obtenue sera une copie conforme de la plante-mère, un clone. Cette méthode est utile quand nous voulons conserver tous les caractères de la plante-mère dans sa descendance (couleur verte, dents de scie...).

haut


Une pression douce vers le bas de la plante et dans l'axe du pétiole. Il se courbe.


La pression vers le bas est maintenue et une petite "spatule" aide à la séparation.



Encore un petit effort...




Notre larcin.


2- Bouture de feuille.

Dès les premiers symptômes de la reprise de la croissance, en début de printemps, je prélève délicatement un pied fourni de Dionée. Je détrempe la plante et la motte dans de l'eau non minéralisée (je rajoute quelques gouttes d'un antifongique) afin d'en dégager plus facilement le substrat et de nettoyer les parties mortes.
Ayant plusieurs Dionées en culture, ce n'est pas un drame d'en traumatiser une. Le prélèvement effectué, elle a été rempotée. La tige florale (embryon visible sur les photos) est apparue après 1 mois. La plante va bien après cette ablation.



Je choisis une feuille propre dépourvue de souillure. J'opte pour des feuilles de bonnes dimensions, plus robustes à subir ce traumatisme. Pour ma part, il s'agit des feuilles d'hiver (au pétiole charnu) car les feuilles érigées d'été pointent juste leur nez . La Dionée étant docile, le bouturage de feuilles doit être possible durant toute l'année si chaleur, luminosité et humidité sont présents. Le printemps reste la période propice.










Il faut saisir la feuille par l'extrémité et tirer vers le bas de la plante dans l'axe du pétiole.
Attention malgré son élasticité le pétiole est cassant. Dans ce cas, l'écaille restante collée au bulbe est aussi matière au bouturage.



Une fois le pétiole arc-bouté, à l'aide d'un objet à l'extrémité non blessante et discrètement courbe (j'utilise un cure pipe, j'en ai un sous la main), je sépare la base du pétiole du bulbe en le glissant délicatement entre les deux. La séparation se fait toute seule.



Le prélèvement fait, je coupe les pièges. L'évapotranspiration de notre bouture est ainsi amoindrie, discutable en milieu clos.
Le piège se referme s'il reste en place pouvant déloger la bouture rapidement installée dans le substrat.


Le pétiole s'est brisé, l'écaille restante est aussi une bouture potentielle.



Au cœur du bulbe, la tige florale embryonnaire est déjà prête à se déployer, image phallique.





Ablation des pièges.



Les boutures sont placées sur de la tourbe blonde, bien humidifiée. Il ne reste qu'à surfacer.


Jeune plantule de 4 à 5 semaines de 4 mm de hauteur, une ébauche de piège.

Je place les boutures bien à plat sur de la tourbe blonde humidifiée et mélangée à 30à 50% de sable (je fais mes mélanges à la poignée et à vue de nez et je n'hésite pas à préférer les mélanges bien sableux et drainant). Je surface l'ensemble, en frottant entre mes doigts, avec une fine couche de tourbe sèche et une couche plus épaisse à la base du pétiole (partie claire). Les boutures sont ainsi bien encrées dans le substrat mais visibles.
Je fais une pulvérisation d'eau déminéralisée pour détremper le milieu. Certains préconisent de pulvériser en final un antifongique, je ne le fais pas (flemme?) et tout se passe bien.


Je place l'ensemble dans une atmosphère saturée en humidité, lumineuse et chaude. J'utilise pour cela les conditions que m'offre mon terrarium tropical (une température de 20 à 25°C en hiver et de 25 à 35°C l'été). Un équivalent est une boite transparente en plastique fermée placée devant la fenêtre sans soleil chaud direct. Il faut garder le milieu toujours humide sans être inondé.



Les jeunes plantules apparaissent en 4 à 8 semaines.
Les plantes sont adultes (capables de fleurir) en 2 ans.


Je pratique aussi le bouturage en hiver, en début d'année (janvier). Les feuilles proviennent des pieds hivernants (s'il reste encore des parties aériennes) ou des pieds passant un hiver plus clément dans un terrarium. Au moment du grand saut vers le rebord de ma fenêtre, les plantes ont 3 mois de plus que celles faites au printemps. La plante gagne un peu de temps sur la période de végétation.


Le bouturage semble réalisable toute l'année mais avec tout de même une saison propice printanière et la prudence est d'attendre l'été suivant pour lacher les petits dans la nature.



Bouture de 2 mois. Dans la masse marron de l'angle droit, on peut distinguer l'apparition des racines.


Bouture de 3 mois.

haut

Une écaille a été décollée du bulbe. Elles s'emboîtent les unes dans les autres.

3- Bouture d'écaille.

Les écailles sont les extrémités souterraines des pétioles, emboîtées les unes dans les autres à la queue leu leu.
Il demeure parfois le reste fané des parties aériennes de la feuille.


Elles mesurent 5 à 10 mm, anguleuses, concaves en dedans, de couleur blanchâtre.


La bouture d'écailles relève de la même méthode que pour la bouture de feuille, déposer les écailles sur le substrat puis surfacer de tourbe.

 

 

Un bloc d'écaille a été détaché. Les plus jeunes ont parfois quelques racines et les restes séchés des parties aériennes des feuilles.


haut

Bouture de tige florale.
Photo de Chloroplastik.

4- Bouture de tige florale.

Après divers essais infructueux, je ne peux pas être séduit par cette méthode peu commune qui est pratiquée avec succès par des cultivateurs.



Bouture de tige florale. Remarquez le double piège.
Photo de Rafa.

haut
 
5- Sevrage. ->chapitre plus détaillé sur le SEMIS

Comme pour le semis, il faut habituer progressivement les jeunes plantes aux conditions extérieures en ouvrant la porte du terrarium, en soulevant le couvercle de la boite, etc... Cette phase est délicate et nécessite de la patience. Il ne faut jamais être trop pressé.
La bouture est faite au printemps et la mise à l'air libre en été. Il est possible d'aller plus vite avec la pratique.


 
haut

Bouture de Dionée de 6 mois. 2,5cm de diamètre. Les pièges sont orientés dans le même sens anti-horaire (vers la gauche).


Remarquons l'orientation de tous les pièges des différentes boutures dans le sens anti-horaire, et Pinguicula primuliflora.

Reprise sur la partie verte du pétiole.
Photo de Choloroplastik

6- Remarques. ->chapitre plus détaillé sur le SEMIS

Les premières feuilles émises par la bouture comportent un large pétiole avec un piège souvent minuscule voire inexistant. La plante semble produire des organes de photosynthèse avant de développer sa fonction carnivore, contrairement au semis. Ceci est valable sur des boutures charnues qui probablement mettent à disposition des réserves pour la future plante. Contrairement, les boutures grêles donnent des plantes à pétiole fins mais avec des pièges souvent rapidement fonctionnels (cf. photo).


La reprise dans la partie verte du pétiole est possible.


La croissance des racines est lente, quelques millimètres en 2 mois depuis la mise en pot de la feuille pour le bouturage.


Sur des pétioles charnus la reprise peut être multiple.


Les pièges des jeunes boutures présentent une propension à être orientés dans un sens anti horaire, vers la gauche. Cette particularité est retrouvée lors du semis. L'Aldrovanda a aussi cette même propension d'orientation
des pièges.


La bouture de la tige/hampe florale fonctionne mais n'a pas le grand rendement de la bouture de feuille
.

 



Bouture de 2 mois 1/2 issue d'un pétiole bien charnu de 5mm de large. le pétiole est large et ne porte pas de piège.

2 départs de bouture de 2 mois 1/2 sur un pétiole charnu de 5mm de large. Remarquez, les racines dans l'angle droit, courtes et larges.


Bouture de 2 mois issue d'une feuille d'un semis de 5 mois. Peu ou pas de racines. Le pétiole est étroit et le piège fonctionnel.

haut